Les témoins nous racontent...

Ils s’appellent Léonard, Thomas ou encore Françoise, ils sont Canadiens, Britanniques ou Français, soldats ou civils et ils étaient présents en juin 1944 sur les Plages normandes.

Certains ont débarqué sur Juno Beach, d’autres habitaient sur la Côte de Nacre et attendaient les Alliés depuis de longs mois. Ils nous racontent ce qu’ils ont vécu et nous révèlent les images qui, à jamais, sont restées ancrées dans leur mémoire… la peur, l’angoisse, le bruit, la bataille sanglante, l’arrivée des soldats canadiens avec leur drôle d’accent et enfin la joie d’être libérés.


Ernest CÔTÉ nous raconte...

Hugh Buckley, vétéran Canadien des Sherbrooke Fusiliers Molly, infirmière sur les Plages du Débarquement M. Verdonk, un civil qui a aidé la Résistance

Hugh Buckley, vétéran Canadien des Sherbrooke Fusiliers

Rencontre avec Hugh Buckley, un vétéran Canadien des Sherbrooke Fusiliers qui était prêt à mourir pour son Roi et son Pays.

En 1944, Hugh Buckley a 19 ans. Durant 4 mois, il s’entraine intensément à l’invasion à Londres. Le jour tant attendu arrive, la traversée était affreuse, il avait le mal de mer et la peur au ventre. Avant de débarquer sur la plage de Bernières-sur-mer, on lui a montré la photo d’une grande maison, qui était leur point de repère.

Lorsque Hugh est revenu à Bernières-sur-mer pour le 70e anniversaire du Débarquement, il a découvert avec émotion que cette maison était désormais appelée la Maison des Canadiens.


Témoignage : Hugh Buckley, vétéran des Sherbrooke Fusiliers

___________________________________________________________________

Témoignage : Un jeune Canadien prêt à mourir pour son Roi et son Pays ? Engagé !

Molly, infirmière sur les Plages du Débarquement

Après avoir débarqué à Juno Beach, Molly s’affaire à la mise en place de l’Hôpital mobile de campagne et soigne les soldats blessés. Molly se souvient d’avoir passé la majeure partie de sa première semaine dans une tranchée froide et humide.

Comme elle, les infirmières travaillent jusqu’à 72 heures au bloc opératoire, installées dans une simple tente, alors que des bombes explosent autour d’elles.

Découvrez l’histoire de Molly dans l’exposition temporaire Grandes femmes dans la guerre proposée au Centre Juno Beach à Courseulles-sur-mer.

Vous souhaitez en connaître davantage sur le rôle des infirmières durant cette période, consultez le blog  :
"Les infirmières, les petites mains trop souvent oubliées"

M. Verdonk, un civil qui a aidé la Résistance

Gérard Verdonk, 18 ans en 1944, se rappelle d’une mission toute particulière que lui avait confiée son père :

« Les fermiers de la région étaient réquisitionnés par les Allemands pour chercher le ciment et se rendre ensuite en bord de mer, où les Allemands construisaient des défenses. Moi je travaillais sur celles de Courseulles-sur-mer. Une fois passé le pont, à la demande de mon père, je comptais mes pas et je marquais au couteau des bâtons sur le bois du chariot. Et quand on rentrait le soir il savait que s’il y avait « x » croix, ça faisait à peu près « x » mètres. À quelques mètres près on pouvait savoir où étaient les blockhaus.

Mon père passait ensuite ces informations à mon oncle qui était dans la résistance. »

Découvrez plus de témoignages de civils et de soldats dans l’exposition Dans leurs Pas.

Envie d’en savoir plus sur la Résistance  ? dirigez-vous vers le site Histoire Normande